Aller au contenu

Bidon futé à l’école


Santé conjuguée n° 36 - avril 2006

L’obésité semble être le « mal du siècle » de ce début de troisième millénaire. La carie quant à elle continue de faire des dégâts chez certains enfants. Au-delà des excès alimentaires, les boissons sucrées ont leur part de responsabilité dans les problèmes de santé. Elles augmentent les apports caloriques et attaquent les dents. Toute boisson autre que de l’eau pure n’est plus une boisson mais un aliment liquide ! Beaucoup d’enfants ne boivent même plus un seul verre d’eau… Dans leur esprit, l’eau du robinet n’est pas faite pour être consommée. C’est la publicité et le marketing qui dirigent leur consommation. Un beau gâchis quand on sait qu’en termes de qualité, nous disposons d’une des meilleures eaux de distribution et que celle-ci coûte 150 à 600 fois moins cher que l’eau en bouteille !

C’est sur cette réflexion qu’a débuté en 2002 la campagne « Robinet-fontaine », initiée par la Maison de l’eau et de la vie (MEV), la Région de Bruxelles-Capitale et l’Intercommunale bruxelloise de distribution d’eau (IBDE). Le but de la campagne était de promouvoir la consommation d’eau de distribution comme eau de boisson. Une centaine de robinets-fontaines avaient d’ailleurs été installés dans les établissements de Bruxelles1. L’IBDE remet ça avec sa nouvelle campagne « Bidon futé ». Depuis le début de l’année, la société propose l’eau gratuitement aux écoles de la région de Bruxelles, à raison d’un litre par enfant et par jour. Par cette action, l’IBDE souhaite sensibiliser les enfants à la valeur de l’eau et à sa bonne utilisation, mais aussi les inviter à participer activement à la protection de leur santé en buvant de l’eau plutôt que des boissons sucrées, et enfin, éveiller chez eux une réflexion sur la quantité de déchets produite par les emballages des boissons sucrées. En septembre, une campagne de distribution de gourdes dans les écoles primaires bruxelloises a commencé. Plus de 76.000 gourdes ont été demandées à ce jour. En plus de cela, l’IBDE propose un accompagnement pédagogique à 30 écoles parmi les 368 qui ont répondu à l’appel. En parallèle, la Fondation pour la santé dentaire avait lancé en 2004 la campagne « Sourire pour tous », conjointement à l’action Denti-Pass2 qui a permis à quinze mille enfants de familles précarisées de bénéficier gratuitement de soins dentaires. La campagne visait à donner des conseils à travers différents supports. Un kit pédagogique avait été envoyé à toutes les classes de première et deuxième années afin de permettre aux enseignants de travailler la thématique de la santé dentaire à long terme. Aujourd’hui, la Fondation pour la santé dentaire continue sur sa lancée en proposant aux écoles un projet passionnant. Découvrons-le ensemble…

L’eau comme boisson à l’école

Entre janvier 2004 et juin 2005, l’équipe de « Sourire pour tous » a rencontré 76 écoles primaires en « discrimination positive » pour leur proposer des expériences-pilotes d’une durée d’un mois et en faire ensuite une évaluation. Quand on sait qu’une canette de cola par jour pendant un an équivaut à plus de 2500 morceaux de sucre (16 kg !), et qu’à cela s’ajoutent souvent des céréales sucrées le matin, un en- cas comme du chocolat à 10 heures, un goûter de type gaufre ou crème, on peut facilement imaginer la quantité de sucre consommée par certains enfants. L’école étant un endroit où l’enfant passe une grande partie de son temps, il est inutile de souligner l’importance d’y mener un projet qui permettra peut-être de changer ses habitudes quotidiennes, et par conséquent de lui épargner de futurs problèmes de santé. Le projet consiste à proposer aux élèves de primaire d’observer leurs habitudes de consommation de boissons. Au moment de la collation, l’enseignant rassemble ce qui est bu en classe. Ils en analysent ensemble les différents composants, la teneur en sucre, l’acidité… Cela promet des exercices de calculs bien intéressants… Ensuite, l’enseignant propose aux enfants de relever un défi : pendant un mois, ils s’engagent à boire de l’eau, rien que de l’eau à l’école. Ils pourront disposer d’une bouteille près d’eux et boire en classe, sans que cela perturbe les autres. Lorsque la bouteille sera vide, ils devront pouvoir la remplir aisément. Dans ce cadre, la Fondation pour la santé dentaire a donc décidé d’offrir à chaque enfant une petite bouteille d’eau de 33 ou 50 cl dont on peut personnaliser l’étiquette dans un atelier artistique. Chaque élève est alors inclus dans le projet car on remarque que souvent, l’un des moteurs de celui-ci est l’effet de groupe. Le mois écoulé, il faut évaluer l’action. De cette évaluation naîtront d’éventuelles nouvelles mesures, des suggestions, comme mettre des carafes d’eau à disposition au réfectoire, installer un robinet-fontaine dans l’école, aller expliquer son expérience dans une autre classe… Cela peut être aussi l’occasion d’analyser le fonctionnement du marketing ou de la publicité. Celle-ci nous dit ce qu’il est bon de boire, ce dont nous avons besoin, mais est-ce vrai, est-ce faux ? Qui nous délivre ces messages et pourquoi ? La brochure de « Sourire pour tous » donne des pistes pour démarrer le projet en classe, et met d’autres outils à disposition : un tableau reprenant la teneur en sucre de différentes boissons sucrées, un autre comparant le prix des déchets occasionnés par chaque type d’emballage de boisson, des conseils pour consommer l’eau du robinet, mais aussi des sources d’information sur le sujet et des exemples d’exercices à faire en classe. . IBDE, rue aux Laines 70, 1000 Bruxelles Tél. : 02 518 88 97 Fax : 02 518 83 04 Courriel : ibde@ibde.be La brochure peut être commandée par courriel à : , ou en écrivant à : Fondation pour la santé dentaire, avenue de Fré 191, 1180 Bruxelles. Le site fourmille d’informations utiles sous forme de dossiers pédagogiques.

Documents joints

  1. Sylvie Bourguignon, « L’eau du robinet, ça nous plaît », Education Santé n°178, avril 2003, pp.6 à 9.
  2. Myriam Marchand, « Sourire, un privilège ? », Education Santé n°188, mars 2004, pp.2 à 3.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 36 - avril 2006

Réseau santé diabète-Marolles

La prise en charge du patient diabétique est complexe. Pour être efficace, elle nécessite la participation du patient et de son entourage, un suivi pluridisciplinaire et une action éducative élargie à la santé dans son ensemble,(…)

- Hassoun Judith

Résistances à considérer l’alimentation et ’hydratation artificielle comme traitement médical en fin de vie

La décision de pratiquer ou non une alimentation artificielle en fin de vie est difficile à prendre. N’y a-t-il pas un impératif de nourrir l’agonisant, un devoir que tout dans notre culture et nos émotions nous(…)

- Hargot Kathelyne

Bidon futé à l’école

L’obésité semble être le « mal du siècle » de ce début de troisième millénaire. La carie quant à elle continue de faire des dégâts chez certains enfants. Au-delà des excès alimentaires, les boissons sucrées ont(…)

- Feulien Carole

Des aliments et des hommes

Les 8 et 9 décembre 2004, un colloque de l’Institut français de nutrition a réuni des chercheurs issus de nombreuses disciplines autour de la problématique du rapport de l’homme à son alimen tation et surtout du(…)

- Pardo Véronique

Alimentation et précarité

Nous vivons dans une société d’abondance, de surabondance même, mais où les écarts sociaux se creusent sans répit. Une « nouvelle pauvreté » apparaît. Mourra-t-on à nouveau de faim dans la vieille Europe ?

- Dr Axel Hoffman

Les multiples tranchants de l’arme nourricière

Cet article veut présenter la question de l’alimentation à la fois dans la multiplicité de ses enjeux (affectifs et ainsi économiques, médicaux et politiques) et dans sa redoutable ambivalence originelle : nourrir, c’est néces- sairement rendre(…)

- Vollaire Christiane

Conclusion

Nous avons conjugué le verbe manger à de nombreux temps. Au fil de l’exercice, nous avons rencontré le « mangeur » éternel, soumis au paradoxe de l’homnivore, contraint biologi quement de varier son alimentation en s’expo(…)

- Dr Axel Hoffman

Modernité alimentaire: un voyage sans cartes ?

L’alimentation de l’occidental a connu des grands changements ces cinquante dernières années. Nouveaux modes de production, nouvelles manières de manger, nouvelles angoisses aussi. Y a- t-il une « bonne façon » de se nourrir ? Que(…)

- Dr Axel Hoffman

OGM, un peu, beaucoup… pas du tout

Faut-il avoir peur des OGM ? La ré- ponse est claire : c’est comme vous voulez.

- Dr Axel Hoffman

Un bilan des « Midis à l’école »

Certains éducateurs ou animateurs en matière de santé parlent d’alimentation en prônant le « bon » et en rejetant le « mauvais » ou encore en prescrivant les « bons comportements » alimentaires à adopter à(…)

- Deliens Cristine

Quelle éducation nutritionnelle à l’école ?

L’éducation nutritionnelle en milieu scolaire vise à permettre à l’enfant ou au jeune d’acquérir des compétences pour prendre en main sa propre santé. Pour Didier Jourdan, elle doit être prioritairement dispensée par les enseignants eux-mêmes, soutenus(…)

- Jourdan Didier

Un Plan national Nutrition et Santé pour la Belgique

Le rôle de l’alimentation sur la santé et la maladie est de mieux en mieux connu et constitue un enjeu de santé publique. D’autre part, les gouvernements ont une responsabilité à prendre dans la sécurité de(…)

- Dr Axel Hoffman

Peur alimentaire et sécurité alimentaire, un couple qui ne parle pas la même langue

Jusque dans les années 90, la notion de sécurité alimentaire concernait la faim dans le monde. Depuis la flambée de crises célèbres, elle renvoie aussi à la sécurité « sanitaire » des aliments. Les menaces alimentaires(…)

- Dr Axel Hoffman

Programme d’action sur le lien entre santé et alimentation auprès des usagers des maisons médicales liégeoises

Comment stimuler la prise en compte, par la population inscrite en maison médicale, des liens entre l’alimentation et la santé, dans la perspective d’un meilleur état de santé. C’est à ce défi que les maisons médicales(…)

- Christian Legrève, Lachaussée Christine, Miermans Marie-Christine

Alimentation et société

Autant la culture détermine les modes alimentaires, autant celles-ci déterminent-elles le statut des individus et leur parcours social.

- Barou jacques

La construction de l’obésité

Réalité physique, l’obésité est aussi une construction sociale qui pose question. Pourquoi l’obésité se distribue-t-elle de façon différenciée dans l’échelle sociale ? Quelles transformations des pratiques de consommation pourraient expliquer le développement de l’obésité ? Comment(…)

- Dr Axel Hoffman

Bien manger et bien bouger, c’est bon pour la santé !

A petite échelle, des moyens simples et « parlant » permettent aux usagers de s’approprier l’information.

- Clijsters Annick, Fievet Sophie

L’avis des citoyens au sujet de la sécurité alimentaire

La sécurité alimentaire préoccupe les citoyens. Eux aussi ont leur opinion et leurs idées à ce propos. La sécurité alimentaire ne peut pas être laissée uniquement aux soins de spécialistes. C’est pourquoi les trois partenaires ci-(…)

- Fondation Roi Baudouin

Le travail de diététicienne

Souvent considéré comme le gendarme d’une « loi alimentaire » avec ses interdits et ses obligations, le diététicien est au contraire à l’écoute et au service du patient et de sa santé. Trois témoignages.

- Devos Virginie, Hansoul Joëlle, Van der Borght Anne

Un instinct de survie?

S’il est un domaine où les mentalités évoluent, c’est bien celui de l’obésité. Récemment reconnue comme une maladie, sa dimension psychologique est peu à peu prise en compte.

- Maillard Carine

Quand les crises alimentaires réveillent les utopies

On m’a proposé un titre pour cette conférence : « Quand les crises alimentaires réveillent les utopies ». Bien sûr, j’évoquerai ces utopies pour respecter la règle du jeu. Mais en fait, de quoi parler ?(…)

- Fischler Claude

Les pages 'actualités' du n° 36

Refonder les pratiques sociales… Refonder les pratiques de santé

Parce que nous, travailleurs des maisons médicales pensons qu’un autre monde est possible; Parce que nous rêvons d’une société solidaire et équitable, d’une économie redistributrice, d’un vivre ensemble de qualité ; Parce que nous faisons le(…)

- Dubois Bénédicte

Travaux d’intérêts généraux en maison médicale?

Les membres de l’équipe de la maison médicale la Venelle auraient besoin de votre aide et de votre réflexion dans le cas suivant: nous avons reçu une demande dans le cadre des «Travaux d’intérêts généraux»: une(…)

- Carion Osorio Natacha, Duhaut Marie

La santé pour tous dans et par les communautés locales

Il y a quelques mois et dans la perspective du 7ème colloque francophone des Villes-Santé de l’OMS, la demande m’a été faite par Annette Sabouraud, une fondatrice de Villes-Santé de revenir aux sources de ce mouvement,(…)

- Lacombe Paul

Agir en milieu urbain

Les conditions environnementales, économiques et sociales du milieu urbain jouent un rôle important sur les relations humaines et la santé. Dès lors, à côté d’un modèle bio-médical, il importe de développer les interprétations écologiques de la(…)

- Roderick J. Lawrence

Promotion de la santé: et si vos objectifs étaient inavouables ?

Pourquoi ce titre quelque peu provocateur? Parce que, à la lecture des objectifs des Villes-Santé, il m’est venu un doute que je pourrais exprimer de deux façons: par exemple que les objectifs de Villes-Santé se situent(…)

- Bury Jacques A.