Aller au contenu

De la violence des élections en système limbique


Santé conjuguée n° 38 - octobre 2006

Les syndicats de médecins viennent de vivre leur troisième scrutin. Deux syndicats, deux conceptions s’affrontaient. D’un trait schématique, celle de l’ABSyM s’articule autour d’un objectif de défense professionnelle pure et dure, et sert principalement les poids lourds financiers que sont les structures spécialisées et leurs servants. En face, le Cartel GBO-ASGB- SVH soutient la structuration d’une politique de santé et donne place à un pôle généraliste fort. Malheureusement, le SVH, principal syndicat généraliste en Région flamande, s’est récemment séparé du Cartel et a appelé au boycott des élections…

Elections dans le collège des généralistes

A situations nouvelles, résultats nouveaux! Le Service d’évaluation et de contrôle des médecins (SECM le bien nommé) a joué à merveille son rôle de sergent recruteur pour l’ABSyM, le SVH a opportunément abandonné le Cartel avant la bataille en jouant la politique du pire. Tout cela ne pouvait que conduire à un affaiblissement de la représentation généraliste responsable. Le Cartel GBO-ASGB a donc perdu un siège dans le collège des généralistes. Cela peut apparaître catastrophique, en fait ce n’est que regrettable, mais il s’agit là d’une péripétie qui s’est jouée à 0.7% de voix1. Votes.gif Par contre, l’analyse des votes exprimés nous oblige à nous interroger plus avant sur ce qui s’est passé. Alors que la tendance de l’ABSyM (dite AMF – Association de médecine de famille) était à la chute (elle avait perdu 1.757 voix de médecins généralistes en 2002), on assiste à un frémissement de remontée avec un plus de 316 voix, pas de quoi pavoiser certes, mais cette discrète croissance a suffi à souffler un siège à un Cartel en grande méforme. Celui-ci perd 2.893 voix par rapport à 2002 ce qui n’est guère surprenant vu la défection du SVH (une ex-composante du Cartel). Pour rappel, ce syndicat affirmait haut et fort être le grand ramasseur de voix du Cartel. Si nous admettons (ce que je ne crois pas, j’y reviendrai plus tard) que la perte est entièrement due au SVH, il pèserait en effet un peu plus du tiers de l’ensemble Cartel & nouvelles abstentions. Elections.gif Un regard plus approfondi sur les bureaux de vote semble montrer qu’outre la perte des voix qui se portaient sur le SVH, il y a eu également des pertes sèches au GBO du côté francophone. En effet les rapports de forces dans les bureaux francophones tournaient autour de 55% voire un peu moins2, alors que de mémoire d’assesseur 2002, les chiffres tournent autour de 65 %. Il n’est donc pas impossible qu’un petit tiers de la perte du Cartel soit essuyée par le GBO. Heureusement cele ne s’est guère fait au profit de l’ABSyM mais du syndicat des pêcheurs à la ligne ce qui explique la quasi-stagnation du syndicat de la peur. Au Nord du pays, la branche généraliste de l’ASGB a fait mieux que sauver les meubles avec 60 % des votes flamands. En 2002, les assesseurs estimaient les votes flamands du Cartel était à 75% soit une perte (relative) de 15% mais un peu plus élevée en chiffre absolus. L’ASGB peut revendiquer de faire quasi-jeu égal avec le SVH. Au total, au Nord et au Sud, deux phénomènes différents mais concomitants. Au Nord, la défection du SVH qui sur une base poujadiste a créé un puissant courant d’abstentions qui a affaibli la représentativité syndicale des généralistes. Au sud, une stratégie absymiste de la peur et de la paranoïa qui, après deux échecs successifs, semble avoir enfin pris auprès de certains généralistes de plus en plus déboussolés. Cette stratégie a surtout touché le GBO, syndicat plus proche du cortex3 que de l’hippocampe4. Le profit pour l’ABSyM fut réel mais modeste, tant ce syndicat est grillé comme chantre de la médecine générale.

Conclusion

Le Cartel garde la majorité des voix chez les généralistes mais, avec un taux d’abstention très élevé et un écart réduit avec l’ABSyM, sa possibilité d’impulser des politiques nouvelles5 s’en trouvera amoindrie. La balle est maintenant dans le camp du politique. S’il souhaite que la médecine générale disparaisse, qu’il se tienne à distance de ses gémissements d’agonie. S’il souhaite sincèrement la sauver, qu’il définisse clairement comment il envisage la première ligne de demain et qu’il l’organise avec le seul syndicat responsable, les étudiants en médecine, les centre universitaires de médecine générale – CUMG et la Fédération des maisons médicales. Les autres interlocuteurs représentant la médecine générale se sont disqualifiés.

Documents joints

  1. Le GBO a obtenu 57,7% des votes vers un syndicat, alors qu’il en eut fallu 58.34% pour obtenir le 4ème siège!
  2. On retiendra le cas du bureau 7 très hennuyer (nous aussi) où l’absym dépasse le GBO: 489 contre 457.
  3. C’est avec le cortex que vous pensez…
  4. Voir système limbique. Le système limbique ainsi dénommé par le neurologue français Broca, parce que celui-ci se trouve au bord (limbe)… du gouffre. On l’appelle aussi cerveau reptilien ou des émotions.
  5. Déjà obérée par le rapport de force en commission nationale médico-mutualiste.

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 38 - octobre 2006

La santé, la maladie, c’est toute une vie

Sur base d’interviews réalisés conjointement par Natalie Rasson et Xavier Dubois, licencié en éducation permanente, travailleurs en santé communautaire à la maison médicale Norman Bethune. Le temps de l’attente est aussi celui de la réflexion sur(…)

- Caroline Rasson

Tant de temps

Prendre le temps de prendre le temps comme sujet de réflexion…

- Marianne Prévost

Présentation de la maison médicale Norman Bethune

Il nous parait utile de préciser le cadre dans lequel les échanges ont eu lieu. Fondée en 1972, la maison médicale Norman Bethune est implantée dans la partie populaire de Molenbeek, une commune bruxelloise qui subissait(…)

-

Chacun son tour : comment mieux attendre ?

Nous avons tous été confrontés, au moins une fois dans notre vie, à une salle d’attente de médecin, que l’on soit malade chronique ou non. Nous serons tous d’accord pour admettre que plus le temps d’attente(…)

- Serano Carine

Les temps sont pleins à Molenbeek

Il était une fois un questionnement du service social qui se demandait comment les patients vivaient l’attente parfois très longue en les locaux de la maison médicale Norman Bethune. On aurait pu recueillir des « oui(…)

- Caroline Rasson

Attendre : une nécessité aux goûts divers

Paroles de patients sur le temps passé en salle d’attente, sur leurs désirs, la justice et la confiance…

- Caroline Rasson

Derrière la porte : le temps de la consultation

Le temps de l’attente est celui d’une rencontre. Ce que l’on en espère s’incarne dans la personne du soignant « attendu ». Rien d’étonnant à que les patients interrogés sur le temps de l’attente en viennent(…)

- Caroline Rasson

Les pages 'actualités' du n° 38

Edito

Au départ, l’équipe de la maison médicale Norman Bethune s’inquiète du temps d’attente des patients avant de passer en consultation : est-ce trop long et si oui quelles solutions aimeraient-ils voir mettre en place ? Deux(…)

-

De la violence des élections en système limbique

Les syndicats de médecins viennent de vivre leur troisième scrutin. Deux syndicats, deux conceptions s’affrontaient. D’un trait schématique, celle de l’ABSyM s’articule autour d’un objectif de défense professionnelle pure et dure, et sert principalement les poids(…)

- Dr Pierre Drielsma

En un combat inégal: la médecine générale ébranlée

Elections syndicales des médecins 2006, l’analyse du GBO.

- Dr Anne Gillet

Pour une politique du médicament en 2006

En juin 2006, la Fédération des maisons médicales a organisé deux clubs de réflexion sur la politique du médicament. Ces clubs visaient: A confronter la connaissance que nous avons de cette politique avec la réalité; A(…)

- Dubois Bénédicte

Nouvelles de l’Europe du médicament

A l’occasion de l’assemblée générale du Groupe de recherche et d’action pour la santé, Danièle Bardelay, membre fondatrice de la revue Prescrire, a dressé un intéressant tableau de l’« Europe du médicament » et notamment des(…)

- Baivier François

Des histoires de tous les jours

Frustration, déception, joie, colère, besoin de reconnaissance. Les sentiments des patients et des soignants sont épars… mais souvent similaires. Pourtant qu’il est dur de concilier les aspirations des uns et des autres ! Comme souvent, le(…)

- Gillet Jeancelyne, Kog Frédéric, Leruth Ingrid, Marianne Prévost

Une politique du médicament au service de la sécurité sociale

Il ne faut pas être un grand observateur de la vie politique pour s’apercevoir que le politique a mis en place ces dernières années des stratégies pour mieux contrôler les dépenses liées aux médicaments. Pourquoi un(…)

- Wathelet Thierry

Croissance contre santé, quelle responsabilisation du malade?

Si rendre les personnes responsables de leur santé peut paraître un projet mobilisateur, encore faut-il en garder la finalité à l’esprit. S’agit-il de favoriser l’autonomie des bien-portants et des patients ou de les sacrifier au dogme(…)

- Avalosse Hervé