Aller au contenu

Introduction

Santé conjuguée n° 62 - octobre 2012

Médaillé d’or toutes catégories des causes des maladies évitables, le tabac
est aussi un révélateur des déterminants de la santé et des inégalités sociales.
Incontournable dans la collection Santé conjuguée.

Des financiers et des industriels ont vite compris la source inépuisable de profits
que représente la commercialisation à l’échelle mondiale d’une substance
addictive particulièrement attrayante pour les jeunes et accessible pour les
pauvres. Quelqu’en soient les dommages pour la santé physique.

Dans ce dossier « tabac » de Santé conjuguée, le premier texte de Gérard Dubois
dénonce les manipulations des cigarettiers.

La riposte se fait attendre. Les autorités sanitaires, quand elles sont soutenues
par les pouvoirs publics marquent quelques maigres points dans ce match
inégal. Et ces autorités sont parfois maladroites. Peuvent-elles quitter leur ton
moralisateur et tenter vainement de régenter ce qui est bien ou mal dans la vie
privée des consommateurs ? Luk Jossens et Alain Cherbonnier éclairent tour à
tour ce débat.

Trouver un juste équilibre n’est pas simple pour aborder la question du tabac.
Particulièrement avec les jeunes ou les publics fragilisés tels que les personnes
en situation de précarité, les prisonniers, les patients psychiatriques ou encore
les personnes atteintes de déficience mentale.

Claude Renard nous propose d’élargir notre cadre de pensée en interrogeant les
institutions où ces vivent personnes. Damien Favresse nous aide à comprendre la
consommation de tabac (et autres produits) chez les adolescents par une réflexion
globale, précisément.

L’approche, tout en finesse, réussie dans quelques écoles peut donner à réfléchir
aux différentes associations s’intéressant à la problématique, dont les services de
santé mentale. Explications de Catherine Dungelhoeff.

Les questions du tabac sont aussi abordées par des non-professionnels de santé,
que ce soient dans les écoles ou en impliquant des aide-ménagères ou encore
des accueillantes en maisons médicales. Quelle légitimité pour parler du tabac ?
Témoignages et réflexions de Caroline Rasson.

Pour ces professionnels extérieurs au champ de la santé mais proches des
usagers et des fumeurs, une approche globale demande de ne pas s’intéresser
à la seule consommation du tabac ni de viser uniquement un sevrage peut-être
possible. Mais de s’intéresser aussi à la place que ce produit – lui ou un autre, il
y en aura toujours – occupe : source de plaisir, de concentration, de détente ou
de socialisation dans le quotidien des consommateurs. Réponse à la frustration,
goût du risque et dépendances font aussi partie de la vie. Quel qu’en soit le prix !
Et de s’intéresser aussi à des questions qui sous-tendent la consommation :
habitude familiale, reconnaissance sociale ou estime de soi. Pour les professionnels
de santé, ces déterminants sont autant d’objectifs pertinents à aborder que le
seul sevrage. Même si ces approches peuvent paraître parfois antagonistes et
contradictoires.

Le Réseau des hôpitaux sans tabac propose lui aussi différents axes d’actions
possibles en-dehors du colloque singulier. Suivez le guide Jacques Dumont.

Dans les maisons médicales, la question du tabac ne se pose pas non plus
uniquement en consultation. La consommation du tabac et ses déterminants
peuvent aussi être abordés dans beaucoup d’actions de santé, dans les démarches
communautaires, par exemple. Elles préparent, soutiennent et renforcent ce qui
peut aussi se dire dans les consultations.

Des groupes de paroles rassemblent des témoignages et suscitent l’entraide entre
les participants, le partage d’expériences et le cheminement vers un changement
possible. Cheminements de François Dekeyser et de Sophie Charlier.

Dans ces projets différents, quels changements viser ? Augmenter le taux de
sevrages réussis ? Diminuer l’aliénation inconsciente de bon nombre de fumeurs
aux effets du marketing des cigarettiers ? Augmenter l’estime de soi par d’autres
moyens que la consommation de tabac quand celle-ci est vécue comme une
béquille pour supporter le stress ou la solitude ? Troquer les bénéfices d’une
consommation – parfois compulsive – pour des bénéfices d’une plus grande
insertion sociale ou familiale ? Ces questions sont intriquées et ces visées
ambitieuses.

Ce numéro vous propose quelques jalons pour une approche globale du tabagisme.
Ces jalons ne sont cependant pas plantés de manière linéaire, mais plutôt en
étoile, avec une complémentarité et des tensions entre eux. Viser le seul sevrage
en consultation individuelle occulte les dimensions sociales et économiques de
la consommation. S’intéresser à ces dimensions plus macro ne doit pas non plus
ignorer les sevrages nécessaires à proposer aux fumeurs.

Espérons qu’à la lecture de ce numéro de Santé conjuguée, ces questions se
transformeront en d’autres éléments de réflexion pour plus de santé pour tous.

Bonne lecture !

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 62 - octobre 2012

Les pages ’actualités’ du n° 62

Quelle place pour l’associatif subventionné en promotion de la santé ?

Comment articuler le terrain associatif et les pouvoirs publics ? Alain Willaert apporte un éclairage sociopolitique aux débats en cours dans le secteur de la promotion de la santé.

- Alain Willaert

La santé partout et pour tous. Plaidoyer pour une politique exigeante – Le Collectif des acteurs de promotion de la santé de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Le texte qui suit, écrit et diffusé en décembre 2011 émane d’un large collectif, d’environ 120 acteurs issus du secteur de la promotion de la santé. Réagissant à un projet ministériel visant à réorienter le secteur,(…)

- Le Collectif des acteurs de promotion de la santé de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Promotion de la santé : un secteur en réforme

Un nouveau décret en promotion de la santé est en cours d’élaboration en Communauté française suite à une évaluation du secteur commanditée par la ministre en mai 2010. La validité de cette évaluation ainsi que ses(…)

-

Pénurie de médecins et consommation de soins : et Bruxelles dans tout ça ?

Comme vous l’avez sans doute déjà lu ou entendu, on observe en Belgique une diminution progressive de l’offre relative en médecine générale. Un phénomène qui s’observe par ailleurs quasi partout dans le monde. Cette pénurie conduit(…)

- Drielsma Pierre

La médiation en maisons médicales : faut-il repenser le système ?

La loi sur les droits des patients a intégré le droit, pour tout patient, d’avoir recours à un médiateur. Car la relation entre lui et son médecin repose sur une inégalité de statut : le patient(…)

- Ingrid Muller

Entrer dans la danse ? Pour un autre accompagnement de la naissance

Apparence, performance, ur-gence : tel est le triple culte qui imprègne notre société occidentale néolibérale. Il prescrit la quête illusoire de la performance absolue, professionnelle, sociale, familiale… Il impose de parer son plus beau costume de(…)

- Gaëlle Chapoix

Capitalisme, santé et démocratie : Sainte Trinité ou trio infernal ?

Dans le cahier de Santé conjuguée 60, nous nous saisissions de l’échéance électorale pour ques-tionner les enjeux locaux en santé, et leur lien avec ce qu’on appelle souvent la crise de la démocratie représentative. Dans leur(…)

- Olivier Starquit

Les maisons médicales rappellent l’importance des déterminants de la santé

Contexte : un nouveau décret en gestation. L’évaluation récemment faite sur le secteur de la Promotion Santé à la demande de la Ministre, réaffirme : d’une part l’adhésion à la définition large de la promotion de(…)

- Coralie Ladavid, Marianne Prévost

Le cadre

La responsabilité de l’industrie du tabac dans la pandémie tabagique

La dimension de la pandémie tabagique est sans équivalent dans l’Histoire puisque le tabagisme a tué 62 millions de personnes depuis la Seconde guerre mondiale et en tuera 100 millions dans les vingt prochaines années. Face(…)

- Blaise Tramier, Gérard Dubois

Législation antitabac : « chi va piano… »

Depuis quelques années, la législation se durcit peu à peu envers les produits liés au tabac. Une évolution trop lente pour ceux qui se battent quotidiennement pour faire en sorte que le tabagisme recule, mais qui(…)

- Carine Maillard

Il n’y a pas de fumée sans… fumeur

Le discours de la prévention a souvent une fâcheuse tendance à s’intéresser beaucoup plus à ses propres messages qu’à leurs destinataires. Mais cette manière de procéder montre ses limites, en particulier dans les populations défavorisées. La(…)

- Alain Cherbonnier

Elargissons le cadre

Quand l’institution s’en mêle (ou s’emmêle)…

Dans le cadre d’un projet soutenu par le Fonds fédéral de lutte contre les assuétudes, intitulé « Institutions résidentielles sans tabac pour personnes déficientes intellectuelles en Hainaut », l’Observatoire de la santé du Hainaut s’est intéressé(…)

- Claude Renard, Luc Berghmans, Pierre Bizel, Sophie Pierard

Projets menés vers des non-professionnels de la santé

Le tabac chez les jeunes : la faute à l’adolescence ?

L’adolescence a longtemps été confinée au processus de puberté biologique qui s’est vu complété plus tard, avec l’apport de la psychologie, de sa dimension psychique. L’approche psychologique de la première moitié du XXème siècle va continuer(…)

- Damien Favresse, Patrick De Smet

Le tabac à l’école, ou comment élaborer une politique vivable par et pour tous

Un petit groupe d’élèves cachés derrière un bosquet dans la cour pour partager une cigarette avant l’entrée en classe ; les toilettes verrouillées d’où s’échappent des volutes de fumée pendant toute la récré ; la conférence(…)

- Catherine Dungelhoeff

Tabac et précarité, et si nous étions tous concernés…

désireuse d’arrêter de fumer, ou encore de réduire sa consommation de tabac, peut faire appel à un médecin ou à un tabacologue reconnu et bénéficier d’un remboursement partiel auprès de sa mutuelle. Or, les plus vulnérables,(…)

- Caroline Rasson

Projets menés vers des professionnels de la santé

La mise en projet des publics fragilisés

Le projet d’aide aux fumeurs du SEPT situe l’engagement qui se perpétue, au sein du service, à l’égard des publics fragilisés mais également de l’articulation des soins psychologiques et médicaux, des aspects non médicamenteux… Ce projet(…)

- François Dekeyser

Rendre une liberté aux détenus ?

Sur la scène internationale, des recoupements statistiques évaluent aux environs de 80% la prévalence tabagique auprès des personnes en détention. Ce taux particulièrement élevé (trois fois supérieur au pourcentage actuel de fumeurs au sein de la(…)

- Céline Corman, François Dekeyser

Pour les patients fumeurs en psychiatrie : patience, ouverture et créativité

Avec un souci d’égaliser les chances, le groupe de « mise en projet » a pour objectif de permettre aux participants de questionner leur dépendance et leur ambivalence à l’égard du tabac ; de mieux cerner(…)

- Dolorès Corso

Créer un groupe d’entraide, pas une sinécure !

Depuis 2002, la maison médicale de Barvaux organise annuellement un groupe de discussion sur la préparation de fumeurs à une vie sans tabac. L’objectif général est de sensibiliser les patients fumeurs et de les soutenir dans(…)

- Sophie Charlier

Hôpitaux : sans tabac ou sans fumeurs ?

Les dernières mesures législatives (arrêté royal du 19 janvier 2005 et de l’arrêté royal du 13 décembre 2005) ont facilité la limitation stricte de la consommation tabagique dans les institutions hospitalières et les démarches actives de(…)

- Jacques Dumont

Fumeurs, grillez-en une dernière sur le bûcher !

Disons-le tout de suite : je ne suis pas un bon client. Ni pour l’industrie de la cigarette, qui a pourri les feuilles de l’« herbe à Nicot » avec des saletés nauséabondes – et à(…)

- Alain Cherbonnier

Introduction

Introduction

Médaillé d’or toutes catégories des causes des maladies évitables, le tabac est aussi un révélateur des déterminants de la santé et des inégalités sociales. Incontournable dans la collection Santé conjuguée. Des financiers et des industriels ont(…)

-