Aller au contenu

Sortir de la précarité, une voie parmi d’autres


Santé conjuguée n° 40 - avril 2007

On entendait jadis répéter : « les voies du Seigneur sont impénétrables ». Le témoignage que vous allez lire donne à penser que les chemins de la santé (au sens large) sont imprévisibles.

Encore maintenant je reste admirative de la manière dont une famille a géré ses fragilités sociales et est sortie de la précarité. Je voudrais faire ici une relecture du chemin parcouru par ces personnes. Il y a plus de 20 ans, j’habitais et je travaillais dans un quartier en périphérie d’une ville wallonne. Dans ce quartier, se côtoyaient des familles qui étaient là de génération en génération et de nouveaux arrivants dont de nombreuses familles vivaient une précarité sociale. Une vraie solidarité existait entre les gens. Mes voisins, un couple, deux enfants, un garçon, une fille avec tout un lot de fragilités comme bagages pour la vie. Des liens se sont rapidement noués entre ma famille et la leur par l’intermédiaire de Nancy, la fille aînée de sept ans qui appréciait de venir jouer avec mes enfants plus jeunes. La mère, fragilisée par son passé d’enfant abandonnée, bénéficiait d’une faible scolarité. Le père, aussi fragilisé par son passé d’enfant mal traité et par un handicap, était alcoolique et très violent sous imprégnation éthylique. Leur logement était petit, sombre et difficile à chauffer. Les parents n’avaient pas de boulot fixe. Le père avait de temps en temps un petit travail non déclaré et, sans doute, une allocation sociale. Ils exprimaient qu’ils n’avaient pas suffisamment de revenus, notamment pour payer les frais scolaires. La mère avait le désir de s’en sortir, de ne pas reproduire avec ses enfants l’abandon qu’elle avait vécu. Elle voulait un avenir différent pour ses enfants et elle le disait. C’était une incroyable ressource pour sortir de la précarité mais le quotidien ne laissait pas prévoir un bel avenir. La vie de tous les jours, c’était des difficultés financières, un rejet des enfants à l’école, des crises de violence du père obligeant la mère et les enfants à se réfugier régulièrement chez nous pour aller ensuite dans une maison d’accueil… Ce n’était pas toujours rassurant d’être leurs voisins. Un jour, un terrible malheur frappa cette famille. Une grande solidarité de quartier s’est alors organisée pour les soutenir et aussi pour agir afin que les mêmes faits ne puissent plus se reproduire. Ils toucheront par la suite un dédommagement important d’une assurance. Par après, lors d’un rite religieux, la famille m’a choisie comme marraine de Nancy et un personnage important du quartier a accepté d’être son parrain. Leur vie a beaucoup changé dans les années qui suivirent. La famille a acquis un meilleur logement. Le père a arrêté de boire et a trouvé du travail. Nancy a fait les mêmes études que moi, un niveau de graduat, avec une volonté hors du commun d’y arriver. Elle est mariée, elle a deux enfants. Le couple a acheté une maison qu’il restaure avec goût. J’ai l’intime conviction que notre famille a été un des modèles de référence pour celle de Nancy. Nous n’avons jamais fait de choses extraordinaires pour cette famille. Simplement être là, parler avec eux, les écouter dans une relation d’égal à égal. Ce sont eux qui ont mis la plus grande énergie dans la relation mais sans jamais être envahissants. Je vois dans ce récit de vie au moins quatre éléments qui ont permis à cette famille de sortir du marasme : le désir et l’énergie d’en sortir d’une mère, désir transmis à sa fille ; le coup de pouce financier qui a pu amorcer une sortie de la déglingue ; la solidarité de quartier qui a montré à ces gens qu’ils avaient de l’importance, qu’ils occupaient une place ; des modèles auxquels ils ont pu s’identifier. Récemment, sa mère, me prenant à témoin dans une réunion de leur famille, me dit avec fierté et un large sourire : « Nancy, elle a bien réussi ».

Documents joints

Cet article est paru dans la revue:

Santé conjuguée, n° 40 - avril 2007

L’approche communautaire de la santé : une des stratégies d’intervention sur les déterminants socio-économiques

La prise en compte des déterminants non médicaux à la racine des inégalités de santé nécessite le développement de modes d’action adaptés.

- Morel Jacques

Problématique des inégalités socio-économiques de santé en Belgique

Depuis plusieurs années, la littérature scientifique s’attache à mettre en évidence le fossé existant entre les couches sociales en matière de santé. Parallèlement, le plaidoyer pour une approche holistique de la problématique des inégalités socio-économiques de(…)

- Dr. Sara Willems, Ilse Van de Geuchte, Joke Impens, Pr. Jan De Maeseneer, Dr. Valérie Alaluf, Dr. Iris Van Nespen, Nathalie Maulet, Pr. Michel Roland

L’inégalité dans l’accès aux soins pour les personnes sourdes

On peut aisément imaginer la difficulté d’une personne sourde à comprendre ou se faire comprendre d’un interlocuteur non initié à son mode de communication. Mais, quand le monde médical rencontre le monde du silence, l’inégalité va(…)

- Grégoire Muriel, Jehass Odile

Inégalités sociales de santé et politiques publiques

Poil à gratter des représentations culturelles et des a priori politiques les plus tenaces dans les pays médicalement avancés, la question des inégalités sociales de santé remet en cause pas mal de logiques d’investissement et de(…)

- Perrine Humblet

L’interprétariat social

Aujourd’hui, de plus en plus de services de première ligne doivent toucher des personnes d’origines diverses. Un problème linguistique ne peut être le prétexte pour ne pas aider les personnes dans la société. Même si l’aide(…)

- Backes Stephan

Les CPAS, au pied du mur des inégalités

Quand on se retrouve au bas de l’échelle sociale, le CPAS constitue le dernier “gros” filet institutionnel susceptible de préserver une dignité de vie et une affiliation sociale. Y a-t-il dans les CPAS une prise de(…)

- Herscovici Anne

Sortir de la précarité, une voie parmi d’autres

On entendait jadis répéter : « les voies du Seigneur sont impénétrables ». Le témoignage que vous allez lire donne à penser que les chemins de la santé (au sens large) sont imprévisibles. Encore maintenant je(…)

- Auteur anonyme

Les inégalités sociales de santé, une question épineuse ?

De la préhistoire jusqu’aux observations les plus récentes, Pierre Drielsma propose un voyage “secouant” dans un monde où les inégalités ont certainement du sens, mais peut-être pas de légitimité…

- Dr Pierre Drielsma

Quelques expériences européennes

Plusieurs pays européens ont, dans les années récentes, élaboré des stratégies organisées pour réduire les inégalités de santé. C’est le cas notamment du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de la Suède.

-

Les pages 'actualités' du n° 40

Rudy Demotte : bilan d’une législature

A quelques semaines des urnes, jetons un coup d’oeil dans le rétro. Quel bilan tirer de l’action de notre Ministre la santé, Rudy Demotte, durant ces quatre dernières années ? Dans le cadre d’un attelage que(…)

- Dr Olivier Mariage

Plaidoyer pour la médecine générale

La médecine générale, trop souvent réduite à un rôle de deuxième plan, constitue un outil central dans l’organisation des soins de santé, tout particulièrement dans le contexte présent qui voit à nouveau se creuser les inégalités.(…)

- Dr Anne Gillet

Promotion de la santé : de la théorie à la pratique… ou à quoi servent les déclarations solennelles de l’OMS ?

De la déclaration d’Alma Ata (1978) à la Charte de Bangkok (2005), les déclarations solennelles de l’OMS se succèdent pour proclamer comment assurer à la population mondiale des conditions de vie favorables à la santé. Qu’ont(…)

- Sandrin Berthon Brigitte

La démarche « Qualité » – Formalisation, évaluation et co-évolution des pratiques institutionnelles

Nombreux sont les obstacles à l’évaluation des pratiques. Pour les surmonter, il importe de mettre en place une démarche dont l’objectif sera d’améliorer la qualité des soins et de l’offre de service. Pour y arriver, il(…)

- Lambrette Grégory